Coronavirus : Les Français bons élèves du confinement, les Etats-Unis loin derrière, selon les données mobilité de Google

Ce sont des données fascinantes. Et, même si elles sont anonymisées, un peu effrayantes. Google a publié vendredi un rapport sur la mobilité dans 131 pays face à la pandémie de coronavirus, des chiffres qui permettent de voir l’impact du confinement sur les déplacements. Et Christophe Castaner peut être satisfait : la France fait partie des bons élèves, avec une baisse de 88 % des déplacements vers les commerces, et de 82 % vers les parcs. Le Royaume-Uni, qui a pris des mesures tardives, les Etats-Unis, qui laissent chaque Etat décider, et la Suède, qui refuse d’imposer un confinement, connaissent des baisses bien plus faibles.

Ce qu’il faut savoir sur les données

Comme pour détecter les bouchons dans Google Maps, Google collecte des données « agrégées et anonymisées » de ceux qui ont la géolocalisation activée sur leur smartphone. « Pour protéger la vie privée des personnes, aucune information personnellement identifiable, comme l’emplacement, les contacts ou les mouvements d’une personne, n’est mise à disposition », affirme Google. Mais parce que des études ont montré qu’il était assez facile de désanonymiser ce genre de données, Google y ajoute du « bruit » pour brouiller les pistes tout en restant statistiquement proche de la réalité. L’entreprise dit avoir publié ce rapport pour aider les pouvoirs publics à prendre des décisions sur la façon de gérer la pandémie.

Quels déplacements sont analysés ?

Ce sont les déplacements dans six catégories : commerces et loisirs, alimentation et pharmacie, parcs, stations ferroviaires, bureaux, et résidentiel. Les chiffres présentés sont les variations en pourcentage entre la mi-février et la fin mars, par rapport à une moyenne établie sur cinq semaines précédemment («baseline »).

Les enseignements

Globalement, les pays d’Europe de l’Ouest les plus touchés par la pandémie sont ceux qui voient les plus fortes baisses des déplacements, surtout l’Italie (-94 % pour commerces, -90 % pour les parcs) et l’Espagne (-94/-89 %). La France n’est pas loin derrière (-88/-82 %).

Au Royaume-Uni, qui a pris des mesures de confinement tardives, les Britanniques se rendent encore beaucoup dans les supermarchés (-46 %) et dans les parcs (-52 %).

En Europe, la Suède fait bande à part et refuse pour l’instant d’imposer un confinement. Les rassemblements de plus de 50 personnes sont interdits mais le gouvernement appelle chacun à « prendre ses responsabilités ». La baisse n’est que de 24 % pour les commerces et 10 % pour l’alimentation. Et avec le printemps qui arrive, la fréquentation des parcs est en hausse de 43 %. Alors que le pays vient de passer le cap des 6.000 cas et des 350 morts, avec des courbes qui se redressent nettement cette semaine, la pression devrait monter sur les pouvoirs publics.

En Asie, Google n’a pas de données sur la Chine, où la plupart de ses services (comme Google Maps) sont bloqués ou interdits. Le Japon et la Corée du Sud connaissent des baisses des déplacements beaucoup plus faibles (26 % et 19 % pour les commerces) mais les deux pays, qui ont été parmi les premiers frappés par la pandémie, ont réussi à « aplatir la courbe » (pour la Corée) ou à limiter la contagion (pour le Japon).

Les Etats-Unis, enfin, observent une baisse bien plus faible qu’en Europe : 47 % pour les commerces, 22 % pour l’alimentation et 19 % pour les parcs. Alors que Donald Trump refuse d’instaurer un confinement national et préfère laisser chaque gouverneur décider, de nombreux Etats, surtout dirigés par des républicains, ont tardé. Une vidéo suivant les déplacements de smartphones d’une seule plage en Floride (par la firme Tectonix, pas par Google) a montré comment des milliers de personnes se sont essaimées dans la moitié du pays.

(Visited 26 times, 1 visits today)

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *