Sénégal : «l’État a peur de mettre de l’ordre même quand l’exercice de notre foi dérange…» Thierno Talla

Pour laïque  que soit la République,  chacun peut exprimer librement sa foi, sans pour autant déranger son voisin. C’est un gage de coexistence pacifique. Toutefois, il semble de plus en plus difficile  au Sénégal que cette attention soit accordée à l’autre : des églises qui font de l’ambiance non-stop dans la nuit profonde, des appels multiples à la prière bien plus tôt que nécessaire. Beaucoup de  Sénégalais souffrent, stoïques de cette situation, craignant le qu’en dira-t-on, ils n’osent pas l’extérioriser. Ces situations mettent à mal la cohabitation pacifique  et fragilisent le vivre ensemble. En marge du lancement des «Rendez-vous sur l’île de Ngor», récemment, SeneNews a recueilli le témoignage de  M. Thierno Talla. Musulman, il prie au moins 6 jours sur 7 à la mosquée et a longtemps été affecté cette problématique. A Sacré-Cœur3, il a souffert des appels multiples et s’en est ouvert à l’imam, son ami. Après avoir déménagé aux Mamelles, une église lui fait «porter une croix» contre sa volonté.  Perplexe, il refuse toutefois de faire intervenir la police ou la gendarmerie contre les accès de bruit de l’église. Il a recours au dialogue dont l’efficacité reste à prouver. Thierno Talla rappelle que toutes les religions recommandent le respect de l’autre. Entretien.

Je suis musulman dois-je supporter, stoïque l’ambiance fréquente, dans la nuit profonde d’une église plusieurs jours dans la semaine ? Je suis chrétien dois-je supporter, indolent les appels réplétifs avec un volume très fort du haut-parleur  de l’appel à la prière d’une mosquée ? Voici deux  questions difficiles à résoudre.

Thierno Talla, vous avez évoqué lors du panel sur «le vivre ensemble », quelques situations qui menacent la coexistence pacifique dans l’exercice de notre foi aussi bien chez les chrétiens que les musulmans. Faut-il revoir la manière dont sont faits les appels à la prière ?

En visitant des pays non majoritairement musulmans, on a la réponse. Vous allez à Los Angeles (USA) ou à Mante-La Jolie (France) toutes les croyances y sont pratiquées. Mais on ne perturbe pas. Il y a beaucoup de musulmans à Mantes-La-Jolie qui vont prier le vendredi à la mosquée, il n’y a pas d’appel à la prière. Il n’y a pas de bruit. Les autres jours c’est pareil et pourtant il y a des mosquées. A Los Angeles, dans l’État le plus riche des États-Unis, il y a aussi des mosquées, (moi j’ai prié dans une mosquée là-bas), à Cincinnati (Ndlr : dans l’Ohio) pareil. Mais les gens sont mieux organisés. Pourquoi nous qui sommes majoritairement musulmans avec tout ce que le coran dit, ce que le bon Dieu dit, on continue à perturber les autres. J’ai visité de grands pays musulmans sans pourtant voir ce qu’on observe chez nous. -Je mets l’Arabie Saoudite de côté parce que là-bas les gens y vont pour le pèlerinage, ils y vont pour prier plus que chez eux-. Mais  vous allez en Égypte, en Turquie, au Maroc c’est différent de ce qui se fait chez nous. J’ai fait un mois en Égypte. Là-bas, c’est une fois qu’on appelle à la prière de l’aube, 15 mn avant.  Après les gens se rassemblent pour prier. Mais ici au Sénégal vous voyez, j’ai même peur de poser ce problème-là parce que je les gens risquent de me taxer de mécréant et tout. Et pourtant comme je l’ai dit, je vais six fois sur sept (6/7) à la mosquée pour prier par semaine. Je préfère prier à la mosquée pour me socialiser davantage  et mieux prier parce que c’est la maison de Dieu, c’est là où je suis plus concentrée. On a 25 fois plus de bienfaits en priant à la mosquée que quand on prie seul.

Le problème le volume du haut-parleur qui est surtout trop fort la multiplication du nombre d’appels…

Oui moi j’ai habité  deux quartiers ici à Dakar. J’ai d’abord eu une maison à Sacré-Cœur 3 où j’ai fait 13 ans. J’ai dit au muezzin qui est un ami par ailleurs,  – Daouda, nous sommes les mêmes à venir prier ici depuis 13 ans. Il y a des gens qui habitent à un mètre de la mosquée qu’on n’a jamais vus venir prier à l’aube. D’autres habitent à un kilomètre et ils viennent. Donc tu n’as pas besoin de nous appeler parce que nous avons  nos portables, c’est dans nos esprits. C’est ancré maintenant. Et on habite avec des chrétiens. Comme je l’ai dit il y a une femme chrétienne qui s’est plainte. Elle a écrit à l’imam en disant moi j’ai des enfants en bas âge qui ne sont pas musulmans. Quand on appelle à la prière, ils sursautent, ils ont peur. La situation n’a pas changé. Elle a été obligée de déménager. Or la Cité de Médine celle qui a accueilli le prophète et ses compagnons les mouhadjrines, les secoureurs qui  sont venus au secours des émigrés, c’était l’exemple  type de la cohabitation entre les musulmans, les juifs et les chrétiens sans nuire à l’autre. C’est l’exemple-là qu’il faut reproduire chez nous et vivre comme les autres pays musulmans. Pare qu’il y a des gens qui ont peut-être travaillé jusqu’à deux heures du matin qui ont besoin de dormir ou d’autres qui ont besoin de se réveiller à telle autre heure, je ne sais pas.

Vous dites surtout que l’appel intervient un peu plus tôt et les appels se multiplie à intervalle régulier…

Beaucoup plus tôt ! Si je l’exemple de ce samedi, on est aujourd’hui le 05 octobre. Moi je suis  allé à la mosquée à 6h du matin, à 5heures moins,  j’étais déjà réveillé. Mais à 5 heures, c’était le premier appel. Le gars il appelle à la prière pendant 3 minutes, il s’arrête, il y a un autre qui prend le relais dans une autre mosquée. -Parce qu’il y a beaucoup de mosquées, c’est une bonne chose- et puis 5h05 tout s’arrête. 10mn après à 5h15, ça reprend, c’est le deuxième appel. Une autre mosquée prend et ça s’arrête. Et 30 mn après, c’est à dire à 5h45 on dit : – levez-vous parce que la prière est meilleure que le sommeil. Donc à 15mn de la prière ça suffit. On peut se préparer et celui qui va à la mosquée on n’a pas besoin de le tympaniser, si vous me permettez l’expression.

Ça c’est pour ce  qui est des mosquées qui n’ont pas le monopole de ce que vous décrivez. Qu’en est-il des églises ?

Oui, ce dont je parle c’était à Sacré-Cœur 3 où je vivais. J’habite maintenant aux Mamelles, à Ouakam où  la villa de mon voisin immédiat a été transformée en église. Ils l’appelle « Le panier de la miséricorde». Au début c’était normal parce qu’il ne le faisait que samedi et dimanche matin. C’est n’est pas grave. Tout le monde est réveillé ou presque. Ensuite, ils ont commencé à faire vendredi soir, de la musique. Quand ils s’échauffent, ils mettent de la musique à fond jusqu’à 2h, 3h du matin. C’est comme s’il jouaient dans ma chambre. Je suis allé rencontrer  le responsable. Je lui ai dit  – Moi je suis en train de dormir, je dois me réveiller à 6h du matin et vous mettez la musique est à fond. S’il vous plait  essayez de diminuer le volume. Ils ont cessé. La deuxième, fois même chose. Je leur ai dit je ne veux pas faire appel à la police ou à la gendarmerie, nous sommes tous des croyants. De grâce diminuez le volume. Ils se sont calmés pendant un  certain moment. Mais là ils ont repris un peu à peu. C’est un problème. On peut pratiquer sa foi sans déranger les gens.

Finalement que faut-il envisager comme solution ?

C’est  tout simplement  qu’il faut revenir à ce que dit la religion. On n’a pas besoin d’appeler les gens 3 ou 4 fois. Le bon musulman, on ne doit même pas le réveiller. Parce qu’avec les portables aujourd’hui vous pouvez régler votre heure. Le  réveil est là. Lorsque j’étais à Sacré-Coeur3, le dimanche c’était le meilleur jour parce que j’entendais la cloche de l’église  catholique sonner 3 fois. C’était bien.

On est donc là au cœur  des  facteurs qui mettent à mal le vivre ensemble au Sénégal…

C’est cela. C’est le cas notamment des chants religieux qui se déroulent de la nuit du jeudi au vendredi. Pourquoi  on obligé de se faire entendre par les autres ? Moi je suis tidiane, même la «wasifa», après la prière de 17h c’est obligatoire. Mais ceux qui le font peuvent le faire a entre eux !

 Pensez-vous que l’État doit intervenir ?

Oui mais l’État a peur d’intervenir, le ministère du Culte. 6 fois par semaine, je vais prier à la mosquée. Mais si je le dis on va me taxer de mécréant ou de franc-maçon.

 Alors qu’est-ce qu’on fait on laisse les choses en l’État ?

Il faut qu’on  en arrive débattre sereinement de la question pour voir quelle solution.

source: senenews

(Visited 10 times, 1 visits today)

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *