Un expert évoque 100 000 à 200 000 morts aux États-Unis

Le coronavirus pourrait faire jusqu’à 200 000 morts aux États-Unis, a avancé dimanche un expert des maladies infectieuses, conseiller de Donald Trump sur la pandémie, tout en appelant à la prudence sur les projections.

“En fonction de ce que nous voyons aujourd’hui, je dirais entre 100 000 et 200 000”, a déclaré sur CNN le Dr Anthony Fauci à propos du nombre possible de décès. Devenu aux yeux de millions d’Américains une figure rassurante au fil de ses interventions quasi quotidiennes au sein de la “task force” de la Maison Blanche sur le virus il a par ailleurs évoqué que “des millions de cas” étaient possibles aux États-Unis. Mais il a aussi tenu à rappeler, avec prudence, que les modèles de projections se basaient toujours sur des hypothèses. “Ils donnent le pire et le meilleur des scénarios. Et généralement la réalité se situe quelque part au milieu”, a-t-il expliqué. “Je n’ai jamais vu, parmi les maladies sur lesquelles j’ai eu à travailler, un modèle dont le pire des cas se réalisait. Ils sont toujours surestimés”, a ajouté le directeur de l’Institut national des maladies infectieuses.

Selon l’université Johns-Hopkins, dont le comptage fait référence, près de 125 000 cas positifs au Covid-19 ont été officiellement déclarés jusqu’ici aux États-Unis, un record à travers le monde. Le nombre de décès (2 191) y a lui plus que doublé depuis mercredi, alors qu’il avait fallu un mois pour atteindre la barre des 1 000. Les prévisions de l’école de médecine de l’université de Washington tablent sur un pic d’épidémie autour de la mi-avril aux États-Unis, avec un nombre de morts stagnant autour de 80 000 à partir de juin, en suivant la trajectoire actuelle. Selon leur modèle, ce nombre évolue de 38 000 morts au minimum, à 162 000 au maximum. En comparaison, la grippe a tué 34 000 personnes dans le pays lors de l’épidémie en 2018/2019.

Manque d’équipement dans les hôpitaux

L’État de New York, que Donald Trump avait envisagé samedi de placer en quarantaine avant d’y finalement renoncer, compte à lui seul près de la moitié des cas officiellement déclarés aux États-Unis. Mais d’autres “points chauds” apparaissent à travers le pays, parmi lesquels le New Jersey voisin, la Floride, la Louisiane ou les villes de Detroit et Chicago, dans le nord du pays. Les dirigeants de ces États les plus touchés s’inquiétaient dimanche d’un manque d’équipement dans les hôpitaux pour faire face à l’afflux de malades, notamment de respirateurs artificiels. “La situation à Detroit s’aggrave de minute en minute”, a déploré la gouverneure du Michigan Gretchen Whitmer.

“Le virus se propage évidemment plus rapidement que ce que nous aimerions. Nous restons sur une trajectoire qui nous ferait dépasser notre capacité de prise en charge sanitaire”, s’est inquiété de son côté le gouverneur de la Louisiane John Bel Edwards. Il a reconnu que les célèbres festivités du Mardi Gras avaient “probablement” contribué mi-février à la propagation du virus autour de La Nouvelle-Orléans.

LQ/AFP

(Visited 7 times, 1 visits today)

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *